transformation digitale : concrètement, ça se passe comment ?

A l’intérieur de l’entreprise

La transformation digitale vise à modifier le fonctionnement habituel d’une entreprise. Les mots clés sont :

  • Communiquer
  • Sécuriser
  • Collaborer
  • Vendre

En tout premier lieu, les modes de communication changent. En externe, le courrier et le mail restent prioritaires mais en interne, les réseaux sociaux commence à avoir une belle part dans les grandes et moyennes structures (dans les petites, aller dans le bureau d’à côté et toujours plus pratique et convivial). Attention, cela ne veut pas dire que le réseau social n’a pas d’avenir en externe. Pour ma part, j’ai déjà utilisé le réseau social de ma banque pour poser des questions.

Cette transformation implique au sein des entreprises à un apprentissage | accompagnement particulier concernant ces technologies mais également sur la sécurité (parce avoir accès aux informations de l’entreprise n’importe où implique de sécuriser les éléments) et également sur l’identité numérique.

Les modes de fonctionnement collaboratif empruntent aux méthodes « agile ». Chacun peut être source d’innovation, confiance, partage, ressources communes deviennent le mode de travail de base. Chaque membre de l’entreprise établit à son niveau où plus, une veille pour trouver les partenaires, les idées, les innovations de demain. Ce mode de fonctionnement est en rupture avec la traditionnelle organisation de l’entreprise et ses multiples niveaux de décisions. Dans la transformation digitale, si le niveau décisionnaire reste le même, tous les niveaux ont participé à l’aboutissement de la décision.

Côté marketing, les méthodes changent également, l’expérience utilisateur devient un enjeu. Les ventes se font de plus en plus cross-canal (ou multi-canal). C’est-à-dire qu’un acheteur peut chercher sur le site web de l’entreprise, rechercher des avis sur des sites de consommateurs, comparer des tarifs, utiliser les réseaux sociaux pour connaître le produit, payer au point de vente et se faire livrer à un point de distribution. Il faut anticiper et comprendre les comportements clients et garder une harmonie logique entre les différents canaux proposés par l’entreprise.

Les outils du changement

Vous connaissez le terme « Digital Workplace » ? C’est ou plutôt ce serait l’environnement de travail rêvé !

Cet environnement doit permettre d’accéder à l’ensemble des informations personnelles (brouillon de courrier, prise de note de réunion) ou collectives (contrats, factures, contacts…). il devrait avoir un moteur de recherche, une gestion documentaire, un réseau social.

Ces portails devraient faire cohabiter différentes applications qui travaillent ensemble.

Aujourd’hui ce n’est pas encore tout à fait le cas, il y a bien différentes application mais elles interagissent mal ou peu entre elles.

Quelques outils

Office 365 de Microsoft, G suite de Google mais aussi AWS d’Amazone sont de bon candidat pour le « digital workplace ». Suite de logiciel qui fonctionnent entre elle, qui permettent la collaboration et qui incluent un certain nombre d’applications.
Toutefois il manque à chacun d’eux des outils de gestion documentaires par exemple.

D’autres outils comme Trello ou Slack se positionne plus comme des « organisateurs » de projet avec des possibilités d’associer des applications de google ou d’office par exemple.

Nous sommes encore loin du Digital Workplace donc.

L’utilisation d’outils office 365 ou G suite feront l’objet d’un cours particulier.

Transformation digitale – 1ère partie

Un peu de terminologie

Digitale est un « abus de langage » aux dires de l’académie française. Digitale veut dire « avec les doigts », il s’agit d’une francisation de mot étranger (et l’académie n’aime pas les anglicisme).

D’autres au contraire  indiquent que les mots ont un sens qui évolue au fil du temps ou de la technique.
Digital s’entendrait donc comme concernant l’expérience utilisateur de la technologie numérique.

La numérisation renverrait à la dématérialisation, au changement de support de données et la digitalisation renverrait à la communication via des supports immatériels.

Ce qui est amusant c’est que le mot « digital » est employé depuis longtemps (année 70/80) et aujourd’hui on est en passe d’en faire une « nouveauté » !

De transformation digital ou transformation numérique, qui  l’emportera… on verra

Qui ou quoi pousse à cette transformation ?

La révolution industrielle qui a commencé au 18° siècle a transformé une société agraire en société industrieuse et commerciale. La ou les raisons : Croissance démographique, progrès techniques, développement des axes de communications .

Au 19° siècle ce sont les énergies qui permettent un nouvel essor. L’électricité, mais également le gaz et le pétrole (moteur à explosion fin 19°), les nouvelles technologies avec l’acier, le téléphone, la lampe à incandescence et enfin d’autres moyens de communication (avion, automobile).

Au 20° siècle, troisième révolution : l’électronique, l’information, l’automatisation rendent possible de créer des produits de synthèse, des éléments miniatures des biotechnologie. Internet est le symbole de cet ère.

Ce sont de nouvelle voies de communication qui naissent : réseaux sociaux, email, téléphone portable.

La société commerciale se transforme en société de consommation. Et les nouvelles technologies induisent une nouvelle façon de consommer

Les entreprises en concurrence mondiale cherche à améliorer leur performance et leur productivité.

Pour résumé

  • Une évolution rapide de la technologie
  • Une évolution rapide des modes de consommations
  • Des GAFA qui veulent s’emparer des industries

C’est cet ensemble de chose qui pousse à la transformation.

Pour qui ?

Pour tout le monde, toutes les entreprises et quel que soit leur secteur. Même la traite des vaches est aujourd’hui « digitale ».

  • Les managers doivent développer une nouvelle vision du job
  • L’entreprise doit désormais avoir une « culture » et réviser ces process
  • Les DSI doivent être dans le cloud et avoir des objets connectés
  • Les données ne sont plus des données mais des éléments du big data
  • Les commerciaux doivent être partout en temps réel
  • Les performances se mesure à coup de benchmark

Et par-dessous tout, il faut être « agile »

C’est quoi « l’agilité » ?

L’agilité a été inventé dans les années 90 par des développeurs (et pour des développeurs) dans le but d’améliorer la gestion de projet.  Elle a commencé à s’étendre dans les années 2000 à d’autres niveaux de l’entreprise.

c’est une innovation autant sociale que managériale : performance et bien-être au travail.

L’agilité c’est :

  • Adaptabilité, flexibilité : accepter les changements plutôt qu’une planification fixe
  • Réactivité, anticipation : fournir le plut tôt possible, anticipé pour réduire l’incertitude
  • Collaborer, se tromper : privilégier l’interaction entre les gens plutôt que les outils

Anticiper pour réduire l’incertitude (tout le monde veille quelque soit son échelon), coopérer avec chacun (une entreprise, un service ne maîtrise pas l’ensemble des compétences, il faut un climat de confiance et coopération avec les autres) et enfin Innover pour se démarquer.

Quels outils pour la transformation digitale

Il faut pouvoir partager, accéder à l’information quel que soit l’endroit où l’on se trouve.

La transformation digitale vise alors à avoir des archives digitales collectives et structurées. Il n’y a plus une personne, un groupe de personne ou un service qui est détenteur de l’information.

La transformation digitale vise également à modifier les méthodes de communication. En externe, le courrier et le mails restent prioritaires mais en interne, les réseaux sociaux commence à avoir une belle part dans les grandes et moyennes structures (dans les petites, aller dans le bureau d’à côté et toujours plus pratique et convivial).

Ce sera l’objet de la deuxième partie de ce cours

transformation digitale – Introduction

« Corpup » vous connaissez ?

Les startups sont connues pour avoir commencées petites comme uber, amazone, facebook et autres. Elles sont aussi connues pour leur recherche d’innovation (des vraies ! hein, pas des innovations qui consistent à mettre un ruban bleu et un élastique rose à un produit qui jusque-là était vert), le droit à l’erreur, c’est-à-dire de tester, re-tester et encore re-tester jusqu’à ce que ça marche et plein d’autres choses.

Le profil startup c’est être hyper entreprenants, ne pas avoir peur, chercher et partager l’information et avoir des processus courts. Le problème des startups c’est leur faible capacité à avoir une taille suffisante pour inonder le marché.
Il faut lever des fonds, trouver des moyens avant que les « corporate » les entreprises traditionnelles ne les rachètent où s’empare du marché.

Les « corporates » ont également des difficultés, notamment leur capacité d’innovation réduite, leur lourdeur administrative et leur mode de fonctionnement rigide. Un corporate mettra 3 mois pour acheter un ordinateur, une housse et créer des accès mails et intranet au lieu de filer au magasin informatique du coin et l’avoir dans la journée.

Les « Corpup » sont les entreprises qui construisent des ponts, des collaborations avec ces startups, sans avoir peur d’être dépassés et en intégrant au mieux leur façon de travailler.

Mais pour construire ces ponts, il faut que l’entreprise change. Aujourd’hui on parle beaucoup de « transformation digitale » ou « transformation numérique », on pourrait parler tout simplement de transformation.

Excel Tester le contenu des cellules

Il peut être intéressant de savoir si une cellule a un contenu différent de quelque chose ou un nombre supérieur à un autre.

Excel permet de multiple tests directs. On utilisera les mêmes critères que pour les fonctions conditionnelles vues dans cet article « Compter et additionner en fonction d’un critère« . Ces critères donnent les réponses VRAI ou FAUX. Pour parfaire ces réponses, on peut utiliser la fonction SI qui permet de définir ce que l’on veut en lieu et place de vrai et faux.

bien sûr les tests peuvent être plus « complexes », on va pouvoir imposer plusieurs tests obligatoirement remplis, ou au contraire choisir entre plusieurs propositions pour avoir un résultat.

il suffit d’utiliser dans ces deux cas la fonction ET, lorsque les tests sont obligatoires et la fonction OU lorsque l’on veut choisir l’un des tests.

vidéo à venir